Le cloud gaming : révolution du jeu vidéo

Alors que Microsoft et Sony ont annoncé le lancement de leurs nouvelles consoles pour la fin d’année 2020, un nouveau concurrent entre en jeu : le cloud gaming. Vous avez toujours rêvé d’un monde où les consoles ne traineraient plus chez vous en prenant la poussière ? Où vous n’aurez plus besoin d’attendre l’installation du jeu que vous avez attendu des mois avant d’y jouer ? Ce monde est peut-être déjà devenu réalité depuis le lancement des services de cloud gaming et notamment de Google Stadia.

Qu’est-ce que le cloud gaming ?

Présenté pour la première fois en 2000 durant la conférence de l’E3, le cloud gaming est une technologie permettant de jouer à des jeux-vidéos en streaming sans avoir de console. La technologie est basée sur l’exécution d’un jeu sur les serveurs du fournisseur de service qui, via internet, va retransmettre les images du jeu sur un écran. Cependant, cette technologie ne fonctionne qu’avec un débit internet puissant et au début des années 2000, les fournisseurs d’accès internet n’en fournissaient  pas d’assez suffisants pour que cette technologie. C’est donc dans les années 2010 qu’elle va se développer et se concrétiser.

Le débit internet : premier problème

En 2010, une entreprise américaine va elle aussi se lancer dans le cloud gaming et va en proposer les bases telles que nous les connaissons aujourd’hui, OnLive. Elle va également proposer un boitier permettant de connecter jusqu’à 4 manettes, le OnLive Game System. Mais, le problème lié au débit internet est toujours présent, et même si les FAI ont fait progresser leur débit internet, trop peu de personnes peuvent avoir accès à un débit suffisant pour faire fonctionner la technologie.

Une technologie qui attire les plus grands

En France, en 2015, une start-up va créer et lancer son propre service de cloud gaming, Shadow. Celle-ci va proposer un ordinateur composé de technologies digne de « PC gaming » dernière génération et cela sans avoir à l’acheter. Ici, nous ne sommes pas vraiment dans ce qu’on appelle le cloud gaming mais plutôt dans le cloud computing. C’est-à-dire que ce ne sont pas les jeux qui sont dématérialisés mais l’ordinateur.

Ce n’est qu’à partir de 2015, que les géants des jeux-vidéos et d’internet en général vont s’intéresser au cloud gaming. Sony va dégainer en premier et proposer son service sur la PS4, le Playstation Now. Accessible sur PS4 et sur Windows, ce dernier, toujours en activité aujourd’hui, permet aux abonnés du Playstation Now de jouer à des jeux des anciennes consoles (PS2 et PS3) mais aussi à des jeux de PS4.

Aujourd’hui, ce sont de nouveaux acteurs importants du jeux-vidéo et d’internet qui entrent dans la course au cloud gaming : Google, Microsoft, Electronic Arts ou encore Amazon.   
Alors que les derniers n’ont pas encore sorti leur service, Google a fait beaucoup de bruits en 2019, lors de la sortie de Google Stadia. En effet, il s’agit du premier vrai service de cloud gaming à pouvoir fonctionner sans véritable latence et à proposer des jeux récents sur sa plateforme – service que ne propose pas le Playstation Now – le tout sans avoir besoin d’appareil. Le fait qu’un des membres des GAFAM s’intéresse à cette technologie et lance son service a fait beaucoup de bruit. Cela pourrait faire évoluer cette technologie bien plus rapidement que prévu…

Julien Fédunizin

Fermer le menu