Et ça fait bim bam boum : le phénomène TikTok

Lancée en septembre 2016 par l’entreprise ByteDance, TikTok est une application mobile de création et de partage de vidéos disponible sur Android et IOS. Successeur de Musical.ly, TikTok est rapidement devenue un phénomène mondial et a été téléchargée plus de 700 millions de fois en 2019.

Le nouveau Snapchat ?

Le succès de l’application n’est pas sans rappeler celui de Snapchat qui, il y a presque dix ans déjà, a révolutionné les réseaux sociaux en introduisant le format des stories. TikTok marche ainsi dans les pas de son prédécesseur avec un principe novateur : concevoir des vidéos courtes, souvent humoristiques et rythmées par les musiques du moment. Particulièrement populaire auprès des adolescents, l’application gagne également du terrain sur ses concurrents, recense près de 1,6 milliards de téléchargements depuis sa création. D’après les chiffres dévoilés par SensorTower, TikTok s’est même hissée en tête de classement des applications les plus téléchargées en 2019 devant le géant Facebook. Un engouement manifeste, autant en Occident qu’en Asie, qui s’explique notamment par une campagne publicitaire réussie.

Un engouement progressif

Si les débuts de TikTok ont été quelque peu laborieux à cause de la concurrence et des malentendus générés par la fusion avec Musical.ly, l’application chinoise s’est vite adaptée aux lois du numérique dictées par la viralité et la production de masse. Plus de 400 000 vidéos sont actuellement publiées chaque jour en France, ce qui correspond à 150 millions de vidéos par an. Des chiffres impressionnants et pourtant bien réels si l’on se fie aux données communiquées par Europe 1. Pourtant, le pari n’était pas gagné au départ lorsque ByteDance a décidé de promouvoir son nouveau réseau social sur d’autres plateformes d’interaction. Facebook, Instagram, YouTube et même Snapchat ont ainsi été envahies par des offres sponsorisées aux effets de style multiples.
Aujourd’hui, TikTok ne propose plus seulement des clips inventifs mais, toute une panoplie de contenus, allant de recettes de cuisine élaborées aux challenges farfelus. Ces derniers ne font d’ailleurs pas l’unanimité et provoquent régulièrement de vives réactions.  Les parents, notamment, remettent en cause le laxisme du réseau social face à la diffusion de contenus problématiques, voire dangereux.

Des dérives

Le clic, c’est (pas toujours) chic. Si à notre époque une présence sur les réseaux sociaux peut s’avérer être un véritable tremplin professionnel, il n’en demeure pas moins essentiel de se démarquer. Les internautes motivés n’hésitent alors plus à faire preuve de créativité, quitte à prendre des risques. Dernier défi à la mode sur TikTok : se placer en cercle avec un groupe d’amis et jeter un objet en l’air, celui dont il touche la tête en atterrissant a perdu. Ce genre de challenges a priori innocents ont déjà fait des victimes, mais ce n’est visiblement pas ce qui va arrêter les influenceurs en herbe. Et c’est sans parler des prédateurs sexuels qui se servent du réseau social afin de dénicher leurs futures victimes.
Les nombreuses dérives démontrent un manque d’encadrement évident sur une plateforme appréciée par les mineurs où la sécurité devrait être d’autant plus renfoncée. Ce constat interroge sur les pratiques des jeunes en ligne et les mesures de prévention mises en place. Face aux polémiques, la firme s’est néanmoins défendue en expliquant respecter les règles en vigueur dans les pays concernés, veiller à la modération des contenus sensibles et/ou inappropriés et avoir lancé une campagne pour lutter contre le harcèlement scolaire.

Anton Golovchenko

 

Pour d’autres actualités sur les applications mobiles, nous vous conseillons les articles « La dysmorphie Snapchat, une réalité sous filtre » et « Les stories: le format éphémère qui séduit ».

Fermer le menu